Actualités


Gazon de golf et entretien - 25 novembre 2013

Gazon de golf et entretien

Il est bon de rappeler régulièrement certaines évidences. Ainsi le golf se joue sur du gazon, un tapis végétal naturel et ras composé de graminées. Sans un gazon adapté, il n’y a point de jeu de golf ou en tout cas il n’y a pas un management rationnel des différentes surfaces de jeu.
 
I Surfaces de jeu
 
Les différentes surfaces de jeu, (départs, fairways, greens...) sont délimitées par des hauteurs de tonte différentes; des qualités de graminées correspondent à chacune.
Parmi les milliers de graminées qui existent au monde bien peu possèdent des caractéristiques permettant d’obtenir la pelouse parfaite, adaptée au jeu de golf. L’obtention d’un gazon dense, homogène et fourni est une constante. Une bonne capacité de régénération et surtout la résistance à des tontes rases et fréquentes estnécessaire pour arriver à cette qualité. Il semble évident qu’il ne faut cultiver que les espèces parfaitement adaptées aux contraintes climatiques et aux sites. Ce n’est pas toujours le cas sur les greens car ils sont parfois de véritables substrats artificiels dont la culture se rapproche d’une culture hors sol. (Greens 100% en mauvais sable !).
 
Le départ.
 
L’usure est importante. On recherche de véritables gazons sportifs capables de résister aux agressions. (arrachage-piétinement).
Les espèces qui dominent sont les mêmes que celles que l’on rencontre sur les pelouses sportives : Ray Grass anglais, Pâturins des prés, à condition de supporter une tonte de 12-14mm etc. Les Agrostides deviennent un choix évident dès que les tontes se font en-dessous de 12 mm. Les Fétuques rouges accompagnent ce cortège de graminées. Les contraintes d’entretien sont réelles, un départ doit avoir de l’eau et de la nourriture régulièrement (engrais) pour assurer une forte régénération des graminées.
 
Photo 1. légende :  Tees en Ray-Grass anglais
 
Le fairway.
 
Ces grandes surfaces de jeu doivent être capables de porter la balle et de conduire les coups qui suivront jusqu’au green.
La régularité, la densité et la portance sont quelques-unes des qualités recherchées. Les hauteurs de tonte varient de 12 mm à 18 mm. Il n’y a pas de limites, mais si l’on accepte de jouer sur un gazon plus haut, la solidité
de la pelouse et sa résistance au sec seront considérablement améliorés. (>15-20mm est sûrement un bon compromis lorsque l’arrosage est rare ou limité). L’entretien devrait être plus limité, notamment l’eau.
Des graminées plus économes que d’autres existent. C’est le cas des petites fétuques. Sinon les Pâturins des prés et les Ray- grass anglais sont bien adaptées aux fairways subissant beaucoup de trafic.
 
Si l’on voulait donner un classement (arbitraire) des graminées en partant des moins exigeantes donc des plus rustiques aux plus exigeantes l’ordre serait le suivant : Fétuque ovine/Fétuque rouge/Pâturin des prés/Ray Grass anglais/Agrostide commune/ Agrostide stolonifère/ Pâturin commun/ Pâturin annuel. Ce classement ne tient pas compte de réelles différences variétales au sein de chaque espèce.
Les apports de fertilisants sont très réduits sur des fairways, puisqu’en général, les déchets de tonte sont laissés sur place. Leur minéralisation est assez rapide, elle fournit plus de 40% des besoins annuels des éléments nutritifs minéraux.
En zone méditerranéenne, ou méridionale, le Cynodon dactylon (Bermuda grass) est une alternative crédible lorsque les quantités d’eau sont restreintes, on a la meilleure résistance au sec de toutes les graminées. . Cette espèce possède une dormance hivernale de 4-5 mois qui oblige des overseedings dès le mois d’octobre.
 
Photo 2. Légende : fairways en Cynodon, sur le nouveau golf des Baux de Provence
 
Dans les mêmes conditions, Paspalum vaginatum (Seashore) intéresse les zones les plus chaudes du bassin méditerranéen, et surtout lorsque les eaux sont de mauvaise qualité. En effet, cette espèce supporte des eaux très chargées en sels.
 
Le rough :
 
Il délimite le fairway, et pénalise les mauvais coups. Le malheureux qui s’égare dans le rough en sait quelque chose. Des espèces très peu exigeantes et     supportant un faible  entretien sont       impératives. Une fois de plus les Fétuques rouges/ ovines constituent un bon choix. Certains vont laisser épier des graminées prairiales ou des Fétuques élevées bien   adaptées     aux conditions sèches. L’économie de tonte et d’entretien est la règle. Bien souvent le
rough n’est pas arrosé et il n’a pas besoin de fertilisation lorsque le gazon installé.
 
Le green.
 
Tout est fait pour le putting. Des tontes extrêmes sont nécessaires, (parfois moins de 2,7 mm), et l’on recherche la perfection homogénéité/planéité,  l’absence de grains et une totale qualité de roule. La vitesse de balle dépend non seulement de ces surfaces très rases mais aussi de la texture du brin et de la fermeté du tapis (sol- feutre). Sur le green l’entretien ne supporte
pas la médiocrité ou le laisser aller. Les Agrostides stolonifères, en général des variétés américaines, sans oublier les Agrostides communes constituent de magnifiques surfaces de putting. Mais aucune négligence d’entretien n’est autorisée.
Parmi les graminées cultivées, si l’agrostide est reine, il faut garder en mémoire que certaines Fétuques rouges sont parfaitement adaptées aux zones océaniques et fraîches de France et du continent européen.
 
Photo3. Légende Golf de Terre Blanche
 
II Quelques graminées golfiques :
 
L’ Agrostide :
 
Son principal atout est une parfaite adaptation aux tontes les plus courtes grâce à un port prostré et des feuilles rampantes (les stolons) plaquées au sol. Les Agrostides sont des espèces agressives, surtout les stolonifères. Leur faculté à fabriquer du feutre dépend largement de l’entretien et des variétés.
Les Agrostides communes retrouvent de plus en plus la faveur des constructeurs et des responsables d’entretien, notamment grâce à la belle qualité de nouvelles variétés comme Sefton.
Les stolonifères, en général de provenance américaine       sont considérées comme les plus exigeantes. Elles conservent beaucoup d’intérêt pour qui sait les entretenir.
Nous reviendrons dans un article ultérieur sur les dernières nouveautés en matière d’Agrostides. (communes, canins et stolonifères).
 
Photo 4. Légende : Green en Agrostide stolonifère à un très haut niveau de qualité
 
 
Les Fétuques rouges.
 
Cette fine graminées est à l’origine du golf puisque c’est elle que l’on rencontre naturellement sur les links de bords de mer et à l’état sauvage dans ce type de biotope et dans toute les zones tempérées d’Europe. Les cultivars intéressants pour le golf appartiennent aux types demi traçants et gazonnants. Ces petites fétuques sont un must pour avoir des gazons extrêmement consistants et denses. Leur petites feuilles enroulées limitent au maximum l’évaporation. Un gazon en Fétuqueest réellement rustique (économique car peu exigeant en eau et en engrais), il a une faible vitesse de pousse. Le revers de la médaille est sa capacité de récupération moyenne, et sa faible compétitivité. Ce n’est pas surprenant pour une espèce peu agressive. On évitera donc un piétinement intense et concentré, ainsi qu’un fort trafic, surtout sur des sols lourds craignant le compactage.
 
Les petites Fétuques rouges gazonnantes (photo5 ci-dessous) sont l’essence
même du golf. A réserver toutefois aux climats appropriés, et à des sols bien drainés.
 
 
 
Les Ray-grass anglais.
 
Ils sont présents sur les départs, les fairways. On apprécie leur facilité d’installation, leur solidité et maintenant la finesse et la densité de leur gazon.
Pour exprimer ces caractères, ils ont besoin de suffisamment d’eau et d’engrais, bien que cette graminée soit capable de redémarrer après de sévères stress, sauf en cas de grosses canicules.
 
Cynodon :
 
Dans les régions les plus chaudes et tout autour du bassin méditerranéen le Cynodon dactylon, possède à la fois des qualités de solidité de récupération et de résistance aux tontes les plus rases. Cette graminée d’origine tropicale consomme très peu d’eau et se montre particulièrement bien adaptée lorsque des forts déficits hydriques sont à craindre.
Cette graminée supporte également des eaux de qualité douteuse, chargée en sels. Son principal (et seul ?) inconvénient vient de la dormance temporaire pendant les mois d’hiver, mais il est toujours possible de pratiquer un overseeding avec une graminée mieux adaptée aux basses températures : le Ray-grass anglais par exemple.
Remarque : le Zoyzia fait partie des espèces bien adaptées au zones chaudes. Il possède une faible pousse et il très tolérant au sec et au chaud. De nombreux problèmes d’installation et de maintenance nous font penser que
cette graminée n’est pas adaptée aux golfs français.
 
Paspalum vaginatum
 
–Seashore paspalum.
C’est une espèce d’origine tropicale bien adaptée aux fortes chaleurs, et capable de résister au froid jusqu’à –6/8°C, mais les sols humides et froids la condamnent (pourriture racinaire). Le gazon est fin, très dense et il supporte des tontes rases. Des variétés sont adaptées aux greens. L’installation se fait par boutures ou plaquages et il est nécessaire d’avoir une gazonnière sur place ou d’importer la totalité de ses besoins. De nouveaux cultivars existent disponibles sous forme de semences. Tout comme le Cynodon, l’installation doit se faire en fin de printemps et l’été, sur des sols réchauffés.
Le gros avantage du Paspalum réside dans sa résistance aux sels et il peut être arrosé avec des eaux très chargées en sel. Il supporte l’eau de mer, mais il faut de l’eau douce pour l’implanter. La zone de culture en France métropolitaine est très limitée On réservera ce Paspalum aux climats chauds, sans hiver trop marqué, à la rigueur jusqu’aux pourtours du sud méditerranéen.
Le niveau d’entretien mécanique (défeutrage) est fort. Il ne faut pas confondre ce Paspalum bien adapté au golf avec les paspalum notatum, cultivé en Afrique ou Paspalum dilatatum (une mauvaise herbe bien présente au Pays Basque ou dans le pourtour méditerranéen - mauvaise herbe contre laquelle il n’y a pas de traitement sélectif possible).
 
turins annuels :
 
Les mauvais choix de gazon lors de la création, et des erreurs culturales conduisent systématiquement à une dégradation de la flore. C’est l’invasion de mauvaises herbes notamment avec les turins annuels. Ce sont des plantes fragiles, très gourmandes en eau, en engrais et sensibles aux maladies. Cependant les Pâturins annuels sont bien adaptés au golf (malheureusement ou heureusement ?), ils assurent un tapis ras, dense et capable de redémarrer de ses propres semences dès qu’il y a de l’eau.
 
Hervé Eric Cochard - Ingénieur agronome - consultant en sols sportifs cochardhe@wanadoo.fr
Tel : 06 81 12 47 43
Site: http://www.gazon-cochard.com

Photos associées

 

à la une

Championnat des Métiers du Golf 2021

Championnat des Métiers du Golf 2021


Publié le 25 août 2021

Encore quelques jours pour vous inscrire !

Jean-Franck Burou, nouveau Président de l'ADGF

Jean-Franck Burou, nouveau Président de l'ADGF


Publié le 19 juin 2021

Gouvernance de l'Association : élection et nouveau Comité

Le Billet Vert, Juin 2021

Le Billet Vert, Juin 2021


Publié le 19 juin 2021

Les dernières news du Golf Business, l'interview de JF Bu...

Le Billet Vert, Mai 2021

Le Billet Vert, Mai 2021


Publié le 20 mai 2021

Les dernières news du Golf Business, toutes fraîches aprè...

Le billet vert - Avril 2021

Le billet vert - Avril 2021


Publié le 24 avril 2021

L'actu du golf pour le début du printemps.

Toutes les actualités
Mise à jour du prix total...